La Vie Charentaise 15 octobre 2020 à 17h00 | Par Alexandre Veschini

« AGEM16 simplifie l’embauche pour les agriculteurs »

Avec AGEM16, les agriculteurs adhérents peuvent bénéficier simplement d’heures de main-d’œuvre supplémentaire pendant les pics d’activité. Le nouveau président veut améliorer l’accès à ce service.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Alexandre Veschini

Vous êtes le nouveau président de l'AGEM16. En quoi cela consiste-t-il ?
Patrick Mounier : C'est un groupement d'employeurs qui fait partie des services proposés par la MSA au monde agricole. Elle assure son bon fonctionnement, son expertise, amène des compétences. AGEM16 est composé en grande partie de viticulteurs, mais pas uniquement. Ils ont besoin de main-d’œuvre temporaire sur des périodes courtes. Plutôt que de chercher chacun dans son coin, le groupement d'employeurs permet de mutualiser des personnels, des compétences. Il y a un effort de formation au sein d’AGEM pour convenir au travail demandé sur une exploitation. Elle correspond au travail saisonnier, à des exploitations qui n'ont pas besoin de temps plein. AGEM simplifie l'embauche pour les agriculteurs. Une partie plus modeste de l'activité se porte sur l'élevage et les grandes cultures. Ce sont plus de 300 personnes qui sont mises à disposition de la profession agricole. C'est l'équivalent de plus de 55 emplois à plein temps.


Vous n'êtes pourtant pas viticulteur. Qu'est-ce qui vous a fait rejoindre AGEM16 ?
Je suis employeur, et je trouve que c'est une solution appropriée aux besoins ponctuels des agriculteurs. J'ai une sensibilité d’employeur agricole depuis longtemps. J'ai représenté la profession via ma FNSEA et je suis vice-président de la MSA. Je suis attentif naturellement au bon fonctionnement de la structure et à son développement. Je suis rentré comme utilisateur du service sur une petite utilisation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui