La Vie Charentaise 05 novembre 2021 a 18h00 | Par Fabienne Lebon

"Slow wood" en forêt charentaise

Le Centre d'étude technique environnemental et forestier prône une gestion respectueuse de la coupe des bois.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Isabelle Leydier-Delavallade avec la députée Sandra Marsaud, lors de l'assemblée générale du Cetef de Charente.
Isabelle Leydier-Delavallade avec la députée Sandra Marsaud, lors de l'assemblée générale du Cetef de Charente. - © Fabienne Lebon

Discours offensif d’Isabelle Leydier Delavallade, présidente du Cetef (Centre d’étude technique environnemental et forestier) qui a dénoncé devant ses adhérents, réunis en assemblée générale à Mouthiers-sur-Boëme, le saccage ou le pillage des parcelles de bois. Illustration. « Lorsqu’à votre demande vous nous confiez la réalisation des marquages des bois, il est arrivé que ceux-ci ne soient pas respectés, pire que certains exploitants forestiers se désistent au moment de faire le travail pour lequel ils étaient engagés car ils préfèrent les coupes radicales, voire rases, plus faciles. C’est inadmissible ! » s’est insurgée l’agricultrice de Marillac-le-Franc.

Le pillage des chênes reflète aussi « le manque d’éthique sur notre territoire, où certains font leur marché sans problème ». Et la présidente du Cetef de s’interroger : « Mais que restera-t-il sur ce territoire dans 15 ans au rythme où on coupe tout et n’importe quoi et où les problèmes de maladies et de réchauffement climatique sont inévitables ? »

Suite de l'article à retrouver dans La Vie Charentaise du 5 novembre, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,