La Vie Charentaise 11 janvier 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Tourisme : les deux Charentes ne font plus qu’une

La fusion des deux comités départementaux du tourisme est effective entre les deux Charentes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les deux Charentes vont pouvoir fonctionner en synergie en matière de tourisme.
Les deux Charentes vont pouvoir fonctionner en synergie en matière de tourisme. - © Réussir SA/ Patrick Cronenberger

«Dans cette grande région de 6 millions d’habitants, il faut exister » lance Stéphane Vilain, l’ex-président de Charente-Maritime Tourisme aujourd’hui président de la nouvelle structure charentaise aux côtés de Jean-Hubert Lelièvre, l’ex-président de la Charente. « Mais c’est peut-être le préambule d’un rapprochement plus important avec les autres comités des Deux-Sèvres, de la Vienne ou même de la Vendée. Nous avons une vraie volonté de travailler ensemble pour exister, il faut avoir une taille critique intéressante. » Pour les Charentes, il liste les atouts « communs » et pas seulement dans l’œnotourisme. 50 personnes sont donc aujourd’hui placées sous la même bannière et la direction d’Olivier Amblard. « Les publics touristiques sont semblables. Du côté de la Charente, on voit bien la force de frappe des produits touristiques de la Charente-Maritime, premier département touristique de France. Ils attendent beaucoup de cette locomotive. Eux aussi, le sont avec le cognac, notamment à l’étranger. Le mot a une vraie valeur. Nos lieux charentais maritimes sont moins évocateurs… l’idée est d’avoir des publics plus importants. Que les Français découvrent cette destination à la fois sur le littoral et dans la campagne. Nous avons des pépites. Nous avons des choses à faire. » Il parle de tourisme bleu et vert additionnés : « une vraie synergie. »

Destination Charentes

Selon Stéphane Vilain, les touristes scandinaves, Danois, Suédois, Anglais, etc. aiment aussi découvrir la campagne, l’intérieur du pays. « Nous devons donc fédérer notre offre autour de découvertes pédestres, cyclistes, patrimoniales… » Cette fusion pourrait ainsi donner un nouvel élan pour la « Charente-Maritime intérieure » : « aujourd’hui, on ne parle plus de limites géographiques mais de destinations. Destination : Charentes. C’est notre volonté. » Le pluriel souvent employé par les présentateurs météo est « déjà un point fort », alors qu’il était décrié. « Nous sommes frères siamois depuis longtemps. Nous sommes bien déterminés pour faire des choses. » La Charente-Maritime réalise environ 36 millions de nuitées contre 594 630 pour la Charente. Elle accueille aussi 1,2 million de visiteurs dans les offices de tourisme contre 164 760. Selon feu CMT, le tourisme représentait 6,5 % de l’emploi salariés en Charente-Maritime et 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires. La Charente représente 9 % des nuitées de l’ex-région. Les deux comités partagent cependant des « traits culturels » (le cognac, le fleuve) communs. Une campagne de communication est prévue au printemps avec « une parenthèse » dans les deux gares de Montparnasse et Saint-Lazare.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,