La Vie Charentaise 12 octobre 2020 à 10h00 | Par Alexandre Veschini

Vendanges : « Un millésime qui s’annonce très prometteur »

Les rendements s’annoncent bons, selon les premières remontées du terrain. On attend maintenant d’en savoir plus sur la qualité des vins de distillation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les attentes sont fortes sur la qualité finale du produit.
Les attentes sont fortes sur la qualité finale du produit. - © Alexandre Veschini - Photo d’archives

Les vendanges touchent à leur fin. Comment s’annonce le millésime ?
Xavier Poitou, , responsable technique Bordeaux - Sud-Ouest des Œnologues de France  : Nous avons un potentiel de rendement extrêmement intéressant.
Le contexte est meilleur qu'en 2017, où nous avons eu le gel, en 2018, la grêle et en 2019 un peu des deux. Ce millésime a été épargné par les événements climatiques à l'exception de quelques parcelles.
Au moment de la post-floraison et de la nouaison, il montrait un très beau potentiel rendement.
Mais deux phénomènes sont venus impacter ce très joli potentiel.
En premier lieu, il a subi une pression parasitaire très importante au printemps au niveau du mildiou. Même s'il reste toutefois très difficile de voir dans quelle mesure il a impacté.
Dans un deuxième temps, le raisin a également souffert des fortes températures, en particulier sur les sols à faible réserve hydrique. Le phénomène de grillures est assez marqué selon l’orientation des rangs, associé au stress hydrique.
Sur certains terroirs, parmi les jeunes vignes ou dans les parcelles où une mauvaise gestion de l'enherbement a été pratiquée, on a pu observer des phénomènes de flétrissement ou de dessèchement des raisins qui sont venus impacter les rendements potentiels.
Même si on reste sur des prévisions optimistes, voire au-delà de nos espérances, en termes de rendement, nous allons avoir des résultats très hétérogènes... Mais un bon résultat, au global !
Un point qu’il faudra surveiller, c’est la maturité du raisin. Nous avons connu des périodes avec peu d’écarts de températures. L’acidité du raisin risque de ce fait d’être plutôt faible.

 

Retrouvez l'article complet dans La Vie Charentaise de ce vendredi 9 octobre 2020, disponible en kiosques et sur abonnement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vie Charentaise se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui